Articles Tagués ‘NB : you can’t meet the figment of your imgination’

Aujourd’hui, on se disperse entre Dijon, Lyon et Annecy pour partir à la rencontre de Curious, gathered & awake, dernier EP en date du groupe de Post-Rock répondant au doux nom de The Beauty The World Make us Hope For. Leur démarche est assez simple : chaque composition fait écho à une histoire vraie, un fait divers, et est remaniée de sorte à « transmettre une vision positive et optimiste de la musique instrumentale mélodique, où le chant laisse la place à la puissance des changements d’intensité qu’offre ce genre ». La messe est dite. On part d’office avec le sentiment de n’avoir juste à presser le bouton « play » pour s’évader, le temps de quelques morceaux.

1

La première écoute est agréable, bien qu’il nous soit difficile de saisir la patte musicale de TBTWMUHF. On pense à God is an Astronaut, If These Trees Could Talk, Explosions in the Sky, Sleepmakeswaves, et parfois même à Maybeshewill ou This Will Destroy You. Et puis, sans trop savoir pourquoi, touché en plein cœur par la sincérité qui se dégage de chaque morceau, on lance l’EP une fois encore. On réécoute plus attentivement, pour se rendre compte que la mélancolie ambiante, si familière au Post-Rock est quasi inexistante chez TBTWMUHF.

NB: you can’t meet the figment of your imagination ouvre l’EP de manière théâtrale, grâce à quelques secondes, presque cacophoniques. Puis le chaos se dissipe, laissant place à l’apaisement, parfaitement retranscrit par une instrumentation sans fioritures. L’intensité varie, tout s’emballe de nouveau, nous garde en haleine. Difficile de ne pas faire un bond dans l’enfance, où, les yeux pleins d’étoiles, nous étions pendus aux lèvres du conteur, impatients de connaître la suite de l’histoire.

A travers Margot, margaut, margault, margo, margaud, on s’éveille doucement. La mélodie s’enrichit au fil des minutes, menaçant à chaque instant de se tourner dans quelque chose de plus sombre, comme pour nous rappeler que l’optimisme et la naïveté sont deux choses bien distinctes. C’est ce malaise en arrière plan qui donne à ce morceau sa profondeur et son intérêt.

Enfin, The Lake Will Reappear qui vient clôturer ce trois titres est très certainement le morceau le plus abouti de l’EP, que ce soit au niveau des nuances musicales, de son agencement, de la composition, mais aussi et surtout de ce qu’il dégage. Comparativement aux deux titres précédents, peut-être un peu trop « prévisibles », celui-ci laisse place à la surprise. Les choses arrivent, repartent, se calmes et s’accélèrent, sans schéma distinct.

Pour résumer, TBTWMUHF a su nous bercer grâce à ses récits musicaux, à cette ambiance envoûtante propre au genre, mais qui se démarque nettement par son optimisme, sans pour autant négliger la composition, nous offrant ainsi des lignes mélodiques de qualité. Il ne faut pas s’attendre ici à des envolées musicales grandiloquentes, mais à une instrumentation parfois minimaliste, qui a le mérite d’être sincère à chaque instant. Bref, encore un groupe qui promet de se bonifier avec le temps !

Vous pourrez les retrouver en première partie de God is an Astronaut le 28 avril à Annecy.