Articles Tagués ‘procédure’

Attention, cet article contient des photos qui peuvent en dégoûter certains.

J’ai décidé de traiter cet article sous l’angle de mon expérience personnelle, parce que… Bah parce que. Voilà.

Donc, là je vais te causer de tonguesplitting.

J’ai fait mon split il y a un peu plus d’un an, en avril 2014. Cette procédure, bien plus « hardcore » que le piercing ou le tatouage, m’intéressait depuis longtemps, et c’était un peu mon gros fantasme de bodymod à moi. Avoir 2 langues, c’est rigolo, ça fait flipper les gens et putain, c’est classe.

Mon split a été réalisé par Morgan Dubois en guest chez Viens Voir Maman à Petit Quevilly, une perceuse qu’elle est trop top. Quant à Morgan, il fait également de la reconstruction de lobe, du punch, des implants en silicone, magnétiques… Bref, ce mec est génial.

La procédure m’a coûté 350€. Oui, c’est cher. En même temps, tu confies ta langue à quelqu’un pour qu’on tranche dedans. C’est toujours la même rengaine : quand on veut une procédure et un suivi de qualité pour quelque chose de quasi-irréversible, il faut y mettre le prix.

 

  • Nan mais faut ptet nous dire kézako un tonguesplit, non?

Un tonguesplit, ou tonguesplitting, consiste à couper la langue en 2, puis à suturer toute l’incision, y compris le fond. En effet, cet ensemble de muscles a la capacité de se régénérer très rapidement, et en cicatrisant, les sutures empêchent les 2 langues de se recoller (on y reviendra plus tard). Les 2 langues peuvent également, avec beaucoup d’entraînement, devenir indépendantes. Là-dessus, c’est simple : plus la langue est mobile avant, plus elle le sera après (ainsi quelqu’un ne sachant pas rouler la langue sera toujours incapable de le faire après le split).

Ce n’est PAS une procédure à prendre à la légère. Cela demande beaucoup plus d’expérience et de connaissances qu’un piercing. Ainsi, si tu es intéressé par un split, ou toute autre bodmod un peu plus complexe, fais très attention et choisis bien ton professionnel.

L’un des gros avantages de cette mod est qu’elle ne se voit presque pas si tu ne la montres pas. En plus d’un an, seules 2 personnes se sont rendues compte que j’avais un split, des gens qui connaissaient déjà la procédure et qui ont vu vite fait quelque chose dans ma bouche pendant que je parlais.

Pas de problèmes d’élocution non plus, même si, personnellement, j’ai l’impression de moins bien prononcer les th anglais, mais une amie britannique m’a dit qu’elle n’entendait pas de différence, que ce soit sur skype ou irl.

 

  • Et du coup, ça se passe comment?

Le repas du condamné. Putain, fais-toi plaisir, c’est ton dernier vrai repas avant 8 à 10 jours. Bouffe comme un porc.  Plus sérieusement, comme avant toute mod, il faut manger à sa faim, et quelque chose de consistant pour limiter le risque de malaise du à la douleur et/ou au stress.

La clope du condamné. J’ai du attendre 9 jours pour pouvoir fumer ne serait-ce que 2 lattes.

Note : comme pour toute procédure, pas d’alcool ou de drogue 24h avant sous peine de saigner comme un porc. T’as pas envie de te la jouer Carrie au bal du diable en sortant de ton perceur.

Mes langues toutes neuves le jour J.

Mes langues toutes neuves le jour J.

L’examen de la langue. Plus elle est longue et épaisse, plus le split pourra être profond. Il est important de savoir que, contrairement aux piercings à la langue, la position du frein n’influe absolument pas sur la procédure. Même, il peut être coupé! Après avoir entendu que j’avais « un bon gros bifteck qui va donner un super beau split », j’ai commencé à sentir mes jambes se dérober et la peur est grimpée en flèche au moment de me désinfecter avec un bain de bouche. Le bodmodeur trace la ligne du split au feutre sur la langue et demande à ce que tu jettes un oeil dans un miroir pour s’assurer que la profondeur te convient.

L’anesthésie. Sache mon chaton  qu’elle n’est pas obligatoire, donc pas toujours pratiquée. J’ai pour ma part eu 2 seringues d’anesthésiant pour enfants, dans plusieurs zones de la langue. C’est comme au dentiste : tu sens rien… jusqu’à ce que tu essayes de causer et que tu essuies un filet de bave de ton menton.

Le scalpel. On y est, tu regrettes déjà ta décision, tu a envie de chialer de trouille sur ton fauteuil? Trop tard, la boucherie commence. Je dis « boucherie » dans le sens où tu vas saigner un minimum (beaucoup pour ma part, à cause de carences alimentaires). Et je vais pas te mentir : ça fait mal. Même avec 2 seringues d’anesthésiant. Ça fait mal. Une fois le charcutage en règle fini, tu vas cracher 3-4 fois ton sang dans l’évier et tu te rinces plusieurs fois la bouche. Si tu essayes de parler, tu te saignes/baves dessus, c’est crado et sur le coup pas super rigolo. C’est là que, pour la première fois, tu vas bouger tes nouvelles langues et ça va te faire tout bizarre.

Les sutures. Pour ma part, ç’a été pire que le scalpel. Parce que c’est long. Parce qu’il y en a beaucoup. Parce que tu sens l’aiguille passer, puis le fil, puis le nœud.

Tu te rinces encore plusieurs fois la bouche en crachant et tu regardes dans le miroir et bordel de merde on dirait que je joue dans un mauvais film de vampires. MAIS. Maaaaiiiis. Tu as 2 langues. Qui bougent quand tu parles. Et tout d’un coup tu t’en bats les steaks de la douleur, des sutures et de la bave rougeâtre. Tu es super heureux. Et tu te rappelles déjà plus la sensation de n’avoir qu’une seule langue dans la bouche. Je déconne pas : aussitôt coupé, aussitôt oublié. Bienvenu dans le monde des bifides!

 

  • En admettant que je sois prêt/e à subir ça, comment que ça se soigne, une langue tranchée?

Brossage de dents et bain de bouche 3 fois par jour, en DILUANT le bain de bouche. On vient de te couper la langue, t’as les muscles à vif, tu n’as pas envie d’y foutre un anti-bactérien super badass.

Des litres et des litres de flotte glacée. Déjà parce que t’en auras vite marre du goût de ta salive mélangée à celle du sang, au moins les 2 premiers jours, et parce que le froid ça calme grave douleurs et gonflement.

Jour 2. Tu ne te rends pas compte de l'épaisseur de ces petites choses.

Jour 2. Tu ne te rends pas compte de l’épaisseur de ces petites choses. J’avais l’impression d’avoir une escalope entière dans la bouche.

Manger le plus froid et liquide possible. Tu vois les gens qui se plaignent de la bouffe quand ils se font percer la langue? Toi on te l’a tranché au scalpel. Imagine.

Ne pas parler. Au moins au début, tout simplement car sinon tu douilles ; puis, si tu  en as le courage pendant quasiment toute la cicatrisation. Tes potes vont très, TRÈS vite te surnommer Grosminet et te faire dire des mots chiants genre « pamplemousse » ou « Xavier » et t’auras envie des les découper à la machette, les mettre au congélo et les manger quand tu auras retrouver une alimentation normale.

Jour 5. Glamour la pellicule blanchâtre de cellules mortes, mais on voit clairement que ça dégonfle et la profondeur réelle du split.

Jour 5. Glamour la pellicule blanchâtre de cellules mortes, mais on voit clairement que ça dégonfle et la profondeur réelle du split.

Prévoir des serviettes. TU VAS BAVER, BEAUCOUP, LONGTEMPS, SURTOUT LA NUIT ET TU VAS EN CHIER TA RACE POUR PIONCER AVEC TOUT LE DÉGUEU QUI TE DÉGOULINE SUR LE MENTON.

Jouer avec. Au début ça va te paraître horrible, tu vas douiller, tu vas avoir les larmes aux yeux, mais c’est nécessaire. Il va falloir jouer avec. Donc, AVEC LA DÉLICATESSE D’UN PAPILLON QUI EFFLEURE LA ROSÉE DU MATIN SUR LA PLUS BELLE DES ROSES, avec du sopalin, tu vas toouuuuuuuuuuut doooouuuuuceeeeeemeeennnnnt écarter les langues, les lever, les baisser, et ce plusieurs fois par jour. Dès que tu t’emmerdes, tu y vas. Tu te rappelles quand je disais que les langues ne se recollent pas en cicatrisant? C’est vrai à 90%. Le fond de la langue à tendance à se recoller, il est donc primordial de jouer avec pour stimuler le muscle et le forcer à cicatriser de la sorte. Sinon, tu risques de perdre au point de devoir te refaire splitter… Et personne ne veut y repasser. Néanmoins tu seras obligé de perdre un chouïa. J’ai personnellement perdu environ 2 millimètres.

Les premières sutures sautent. Au bout d’une semaine, on peut enlever les premières sutures si la cicatrisation est cool. Tu vas donc voir les bouts de tes langues nues, et crois-moi, ce sera l’ultime libération. Tu te sentiras tellement, mais tellement plus libre. En soi, c’est pas agréable, mais le soulagement est immédiat. Attention, un gonflement est à prévoir pendant quelques heures. C’est à ce moment-là que tu vas pouvoir intensifier l’exercice de tes langues et commencer à travailler leurs mouvements. Soit toujours avec du sopalin, soit par exemple avec un crayon ou stylo PROPRE que tu pousses le plus fort possible contre le fond.

Jour 8 ou 9, je sais plus. La dignité, c'est pour les faibles.

Jour 8 ou 9, je sais plus. La dignité, c’est pour les faibles.

Les sutures du fond sautent. Tu n’en peux plus, tu as envie de les arracher toi-même, elles te démangent voire ont commencé à s’enlever toutes seules? Réjouis-toi! Entre 12 et 14 jours, on fait sauter les derniers points. Tu risques encore de gonfler un peu, mais c’est la fin. Tu y es arrivé. Plus de douleurs, de zozotement, tu peux reprendre la clope si tu es un/e gros/se toxico comme moi (mais si tu peux en profiter pour arrêter c’est vachement plus cool) et bouffer comme un porc.

 

  • Et du coup, un an après, ça donne quoi?

JE REGRETTE TELLEMENT PAAAAAAS. Si c’était à refaire, j’y repasserais sans hésiter.

Ça occupe la bouche (ça a l’air con, mais pour les gens comme moi qui sont bouffés par les tics nerveux ou les mauvaises habitudes, comme se ronger les ongles, ça aide énormément). C’est extrêmement fun et ça a un côté très hipstreux parce que bon, c’est quand même pas super répandu comme mod. Ça fait glousser les gens à qui tu roules des pelles et c’est très sympa sur le plan sexuel (oui, je sais bien que c’est ça que tu voulais savoir, espèce de sale). Ça fait peur aux gens dans la rue.

Alors, non, en soi, ça sert à rien. Comme un tatouage, un piercing, une colo de cheveux ne sert à rien. Et on s’en fout.

Le seul point négatif, outre qu’il faut supporter cette cicatrisation, la plus difficile que j’ai jamais vécue, c’est les gros relous. Je parle ici d’un point de vue de meuf, mais putain, ça rend certains mecs encore plus cons. On risque de te demander de rouler des galoches comme ça pour le plaisir, voire carrément de pratiquer du sexe oral, parce que, comme on me l’a dit, « pourquoi t’as fait ça si c’est pas pour sucer?« . Mais en soi, quand on a un minimum de répartie, cela reste supportable.

En bref, si le tonguesplit te tente, que tu peux te l’offrir et que tu as un bodmodeur compétent et expérimenté à proximité, vas-y, fonce!

En exclusivité, Squid vous présente sa sale race de post-weekend avec Baha le Grand Patron.

En exclusivité, Squid vous présente sa sale race de post-weekend avec Baha le Grand Patron et une vue exceptionnelle sur son four et sa bibliothèque. Qu’est-ce qu’on ferait pas pour Rock’in Radio.

Publicités

Suite à mon gros dossier sur le monde merveilleux des couches de bepanthen et des aiguilles qui font bzzzrrrzzzrzzz, il semblait pertinent de faire la même pour tout ce qui touche au piercing. Parce que c’est ça aussi la chouettitude de la bodmod, tu peux faire hurler encore plus fort à tes grands-parents que tu es vachement moins cute avec du métal sur la face qu’avec un petit tattoo choupinou (true story).

Seulement, ça promettait d’être sacrément huge. J’ai donc décidé de faire un système de plusieurs articles, plus courts, et surtout centrés sur un point spécifique.

Voici donc le petit guide du/de la percé/e avisé/e :

 

La prochaine fois, je t’embarque au pays des zozotements, gerbes de sang et points de suture pour un premier saut dans la bodmod qualifiée d' »hardcore », photos pourries de ma webcam à l’appui.

 

 

* J’ai décidé de consacrer une page entière aux piercings génitaux pour plusieurs raisons, la première étant que tout le monde n’a pas envie de voir des photos de vulves et de pénis lui sauter à la gueule comme ça sans prévenir. Ensuite, la législation est quelque peu différente à ce sujet et je préfère tout regrouper sur la même page.

  • Législation

Il n’y a pas de limite d’âge officielle pour se faire percer en France, même si un accord parental écrit à conserver pendant 3 ans est également obligatoire (avec cartes d’identité du tuteur légal et du/de la percé/e). Certains pros refusent de percer avant un certain âge, souvent entre 14 et 16 ans, ou bien seulement certains piercings (par exemple, ok pour un nombril, hors de question qu’on te fasse un surface anchor. C’est à la discrétion du perceur, selon son éthique.

Bah oui, sinon tu pourrais pas emmener ta pauvre gamine se faire charcuter l’oreille avec une grosse merde dégueulasse de pistolet dans n’importe quelle bijouterie à la con du centre commercial. On y reviendra.

Un bon perceur te fera signer et remplir 2 exemplaires d’un document avec tes infos (nom et prénom, date de naissance, etc.), le type de piercing réalisé, la date et une dernière phrase déclarant que tu as conscience de l’acte qui va être pratiqué et l’accepte. Tu en prends une avec toi, l’autre sera précieusement conservée par le professionnel.

Toutes les mesures d’hygiène et de formation sont consultables sur ce site gouvernemental.

 

  • Pourquoi se percer tout seul à la YOLO dans sa salle de bain ou chez un bijoutier, c’est naze

Je l’ai déjà dit sur mon article au sujet du tatouage et je le répéterai ici : tu ne pourras jamais, ever, obtenir des conditions d’hygiène suffisante dans ta salle de bain et stériliser le matériel comme il le faut.

Que ce soit à l’aiguille ou au cathéter, le piercing nécessite des instruments parfaitement stériles, à usage unique, dont il faut disposer selon la législation en vigueur. Soit, comme dans le cas du tatouage, jeter le matos utilisé dans des containers à déchets organiques spécifiques qui engendrent des frais assez conséquents pour les quidams amateurs que nous sommes.

De plus, le corps est vachement rigolo, y’a plein de trucs dedans. Des veines, des artères, du cartilage pas tout à fait lisse, des nerfs. Puis la peau c’est une catin, quand elle est pas toute grasse pleine d’acné ou sèche comme le vagin de Christine Boutin, elle se fait plaiz en décidant de ne pas avoir la même épaisseur partout.

Si un perceur peut louper une artère et te faire pisser le sang, imagine les dégâts que tu peux toi-même causer à ton organisme. Acheter une aiguille stérile, une salle de bains lumineuse et une bonne vue ne te donneront ni la technique, ni l’expérience, ni le savoir-faire propre à chaque professionnel.

Je t’épargne les photos de piercings fait maison qui ont mal tourné, le tumblr Awful Modifications t’en donnera suffisamment.

Je vais plutôt te parler des dangers de se faire percer en bijouterie.

En premier lieu, aucune hygiène possible.

Ensuite, souvent aucune formation de la part des employés, ou alors extrêmement brève.

En plus ça fait vachement peur.

Enfin, le pistolet en lui-même :

  • Aucune stérilisation possible (non, non, NON, le désinfectant classique n’équivaut PAS à une stérilisation)
  • Plusieurs usages par jour, donc en partant du premier point, salut les infections et transmissions bactériennes
  • Que se passe t-il lorsque tu essayes d’enfoncer une vis dans une planche avec un marteau? Le bois va craquer. Ici, c’est exactement pareil. Si le pistolet est un combo vis/marteau, l’aiguille est une perceuse : efficace, rapide, fait pour créer un trou net et précis sans causer de dommages. Dans notre cas, le pistolet est le marteau qui enfonce de force le bijou, la vis, dans notre corps. On ne perce pas la chair, on force un objet absolument pas tranchant, juste pointu, à travers la peau. C’est encore plus dangereux dans le cas d’un cartilage percé. Au lieu d’un trou net et précis, on va se retrouver avec du cartilage brisé dont les morceaux peuvent devenir mobiles et engendrer beaucoup, beaucoup de problèmes.

A titre tout à fait personnel, j’aimerais également mentionner le problème que me pose le piercing, parfois systématique, des petites filles. Déjà parce que c’est des conneries absolument sexistes de faire percer les oreilles de sa môme parce que c’est une fille, aussi pour une question de consentement. Certaines ne veulent pas se faire percer les oreilles. Là où un bon perceur écoutera l’enfant et refusera, un employé de bijouterie n’y verra pas d’inconvénients. C’est à mes yeux une violation corporelle de la môme, en plus d’un traumatisme.

Demandez à vos enfants s’ils veulent se faire percer et emmenez-les chez un vrai professionnel. S’il change d’avis au  dernier moment, ne le forcez pas à aller « jusqu’au bout ».

 

  • Okay, donc je vais où me faire des trous?

On retrouve ici grosso modo les mêmes conseils que lorsqu’on recherche un tatoueur : demande des photos de piercings frais et cicatrisés, quel matos est utilisé, visite le salon…

Le perceur doit porter masque et gants, stériliser toute la surface, ta peau et le matériel, tout ouvrir devant toi, te tenir informé de ce qu’il fait.

Si tu comptes faire plusieurs piercings en une seule séance, assure-toi qu’une aiguille neuve est ouverte à chaque fois devant tes yeux. Non seulement utiliser la même aiguille n’est pas hygiénique, mais elle perd de son tranchant, traumatisant le corps.

Aiguille neuve

Aiguille neuve

Aiguille après une utilisation

Aiguille après une utilisation

Aiguille après 2 utilisations

Aiguille après 2 utilisations

 

  • J’ai trouvé un perceur au poil, ça se passe comment maintenant?

Comme pour un tatouage, je te conseille de bien manger avant. J’ai eu plus de 15 piercings et j’ai toujours le gros pic d’adrénaline à chaque fois, alors que d’autres ne stressent pas du tout. Dans le doute, fais-toi plaisir avec de la bonne bouffe pour limiter les risques de malaise.

Dans le monde merveilleux des trous partout, on a 2 écoles : le cathéter, et l’aiguille creuse. Le cathéter offre l’avantage de pouvoir directement insérer le bijou, tandis qu’à l’aiguille, il faut retirer puis insérer.

Certains perceurs utilisent un clamp pour s’assurer de leur précision, d’autres ne jurent que par le piercing à main levée. Encore une fois, tout est question de préférence personnelle. Mais en France, on utilise énormément de clamps et cathéters, je vais donc développer cette méthode.

Première étape, on nettoie et désinfecte ta peau sur la toute la zone. Le perceur doit déjà avoir ses gants. C’est maintenant que tu vas pouvoir décider du placement. Un petit point au feutre, un coup d’oeil dans le miroir permettent de voir si l’emplacement du bijou te conviendra ou de vérifier que tout est bien centré avant de piquer. Attention cependant, personne n’est vraiment symétrique et il est possible que, de près, le point te paraisse bien trop décalé. Essaye d’avoir une vue d’ensemble. Le piercing sera t-il vraiment mal placé, ou est-il légèrement déplacé pour permettre un visuel plus joli et symétrique?

Dans tous les cas, si le placement ne te convient pas, dis-le. Pour un premier piercing, c’est souvent assez difficile de se rendre compte, mais un vrai pro te laissera prendre ton temps et fera plusieurs essais jusqu’à ce que tu sois satisfait/e.

Ensuite, on passe aux choses sérieuses. Le perceur va positionner le clamp sur la partie à percer, pour s’assurer une bonne prise et pouvoir percer précisément. Viens ensuite le cathéter. On te fera souvent inspirer un bon coup et respirer au moment où l’aiguille passe, ça soulage la douleur. Une fois le cathéter en place, il suffit au perceur d’insérer le bijou, barre ou anneau, retirer le cathéter et visser la boule.

Côté douleur, tout le monde ne réagit pas de la même manière, mais certaines zones sont plus sensibles que d’autres. Par exemple, les piercings au nez déclenchent souvent une ou deux larmes réflexe à cause de la proximité des canaux lacrymaux. Moins on a de graisse sur le nombril, plus le piercing est douloureux (je ne parle pas de personnes en surpoids, mais plus des personnes très physiques et/ou sportives qui ont très très peu de masse graisseuse sur le ventre).

On utilisera très souvent un bijou initial plus long que ce qu’il faut en réalité, tout simplement pour que tu puisses gonfler (car oui, tous les piercings gonflent un minimum) sans être gêné/e. Le changement pour un bijou plus ajusté se fait entre 2 semaines et 1 mois selon le temps de cicatrisation, par le perceur, quasi tout le temps gratuitement.

Ensuite, on te donnera la marche à suivre pour la bonne cicatrisation, parfois par écrit.

 

  • Comment garder mon piercing heureux le temps de la cicatrisation?

On désinfecte 2 ou 3 fois par jour, pas plus (par exemple avec de la biseptine) (on utilisera en plus un bain de bouche dilué à l’eau pour les piercings aux lèvres, et exclusivement du bain de bouche pour la langue), pendant environ 2 semaines, puis on nettoie au sérum physiologique 2-3 fois par jour pendant le reste de la cicatrisation.

Je disais juste plus haut de s’attendre à un gonflement plus ou moins important (on peut prendre des anti-inflammatoires si on en sent le besoin, mais ils ne sont nécessaires que pour un piercing à la langue). La peau va également rougir, et il est fort possible qu’il y ait des sécrétions dès le lendemain ou le surlendemain, voire même un peu de sang pendant quelques heures. C’est tout à fait normal. C’est la lymphe, chargée d’éliminer les déchets, qui s’écoule. Après tout, tu viens de créer une plaie et d’y insérer un corps étranger, ton corps n’est pas capable de saisir toute la coolitude de l’acte, seulement le fait qu’il faut réparer ça au plus vite. La zone risque également d’être sensible ou douloureuse quelques temps.

Contrairement aux idées reçues, ON NE FAIT PAS BOUGER LE BIJOU. On risque de déplacer des sécrétions et de les ramener à l’intérieur du trou du piercing, ce qui peut causer des problèmes. Avec son désinfectant ou son séum phy, on frotte tout doucement pour ramollir et on enlève du bout d’un coton-tige. Ne jamais forcer sur les « croûtes », ou pire, les arracher. Ça ne ferait qu’empirer.

On peut s’inquiéter si les sécrétions produisent une odeur ou s’écoulent en continu, et encore, ce n’est pas toujours justifié. Au moindre doute, n’hésite pas à te rendre chez ton perceur pour te rassurer, ou, éventuellement, voir les mesures à prendre.

Bien entendu, on se lave les mains avant tous les soins.

Interdiction de changer son bijou avant cicatrisation complète.

 

  • Et ensuite?

On nettoie ses bijoux régulièrement, par exemple toutes les semaines, dans de l’eau légèrement savonneuse (savon hypoallergénique). Pour les bijoux de langue/lèvre, on peut aussi les laisser quelques temps dans un bain de bouche dilué pour éviter la formation de plaque.

Un piercing peut subitement s’irriter pour plusieurs raisons, les plus fréquentes étant un bijou trop grand ou de forme inadaptée, un matériel de mauvaise qualité, ou simplement un accident (un coup dedans, croché dans des fringues, dormir dessus…). Pas la peine de désinfecter pour si peu, tu vas juste t’assécher la peau et accentuer les rougeurs. Si le problème persiste, essaye de changer le bijou. N’oublie pas qu’une allergie peut se déclencher à n’importe quel moment dans la vie. En cas de sécrétions, nettoie au sérum phy et n’hésite pas à demander à ton perceur de jeter un œil.

Côté durée de vie, un piercing bien réalisé peut tenir indéfiniment. Un rejet (grande trouille pour les amateurs de piercings de surface/dermal anchors, mais je développerai plus tard) se produit lorsqu’un piercing est mal réalisé (trop ou pas assez profondément, mal placé par rapport à l’anatomie…) et se produit en général entre quelques mois et un an. Si c’est ton cas, tu auras très largement le temps de t’en apercevoir et de retirer le bijou pour laisser l’orifice se refermer de lui-même et limiter les cicatrices.

Parlons-en, des cicatrices. Tout piercing en laissera forcément une, ce qui peut aller d’un minuscule point à peine visible à la belle marque bien délimitée du trou. Ça dépend des gens, du type de bijou, de la taille. Un piercing stretché se refermera tout seul très progressivement mais en général, les trous de plus de 10mm (1cm) auront du mal à se resserrer davantage sans opération (on aura là aussi l’occasion d’en reparler dans l’article propre au stretching).

Il arrive même que chez certains, le trou ne se referme jamais. C’est au petit bonheur la chance… L’un de mes cousins peut rester 3 mois sans remettre son bijou à la lèvre, ça passe crème. Pour ma part, j’ai passé 2 jours sans écarteurs pour un cosplay et j’ai perdu 2 tailles de stretching, soit 2mm, en aussi peu de temps, mais je n’ai jamais enlevé d’autres piercings plus de quelques minutes.

Donc, si tu te fais percer en sachant que tu devras enlever le bijou régulièrement, pour le taf par exemple, prépare-toi à une possible mauvaise surprise. Certains piercings ont l’avantage de pouvoir se rendre invisibles (un curved barbell dans un septum n’a qu’à être « flippé », soit retourné à l’intérieur du nez, pour être impossible à repérer – c’est ce que je fais notamment pour les entretiens d’embauche), d’autres permettent de mettre un bijou transparent ou très discret, comme certains cartilages ou même la langue.

De manière générale, je te conseillerai d’éviter de te faire percer si tu sais que tu vas devoir l’enlever ou le planquer pour du taf, surtout qu’il ne faut jamais enlever ou changer le piercing pendant la cicatrisation. A la rigueur, il est possible de percer directement avec un tout petit bijou discret, ou pour un septum d’insérer un barbell à l’envers, à l’intérieur du nez, mais avant cicatrisation parfaite et complète, il te sera impossible d’y toucher.