Articles Tagués ‘Pure Fucking People’

Stoned Pebble Night – ITW Will Argunas

Lors du Stone Pebble Night du 7 février, Will Argunas était invité en temps que partenaire de cet événement. Alors qui est Will ? Dessinateur et scénariste de bande dessinée, il est aussi illustrateur (Hellfest, Pure Fucking People…) et sérigraphiste. Ce natif de Lille au sacré coup de crayon a accepté de répondre à quelques questions pour Rock’in radio… En piste Will !

Bourse 2

Dessinateur depuis 2001, il approche de la vingtaine de projets édités, pas que de la bande dessinée puisque depuis quatre ans, il s’est mis à la sérigraphie (t-shirt, badge…).

« J’essaye de m’éclater et de faire ce que je veux, on retrouve tout ce que je fais sur la Pure Fucking Boutik. Un nom à la con, mais qui me suit bien ! »

Sa passion pour le dessin a toujours été la, mais comment a-t-elle rejoint la musique ?

« J’ai toujours voulu faire de la BD, depuis tout petit. J’ai toujours travaillé avec de la musique, dessiner, c’est très solitaire comme travail, mais la véritable rencontre entre mes deux passions, c’était durant le Hellfest en 2009. Je suis tombé amoureux du Hellfest et des festivaliers, du coup j’ai pris plein de photos… La dégaine, les fringues… en tant que dessinateur, beaucoup de chose me parlaient. »

Révélation après dix ans de carrière dans la pub pour Will, le voilà en train de dessiner les festivaliers du Hellfest, via les photos et la documentation qu’il a pris. Motocultor, M Fest, Sylak Open air… Six ans plus tard, Will n’a pas perdu sa passion pour tirer le portrait des festivaliers et on retrouve ses dessins dans l’un de ses grands projets : Pure Fucking People.

10fecb9b11540c23ec0ac1420a9cd07d

« Je pense avoir fait le tour de ce projet. Faut savoir que mes quatre tomes de Pure Fucking People, tout a été financé par le crowfunding (sauf le tout premier, que j’ai autofinancé). Je me suis demandé l’an dernier si je ne devais pas aller voir ailleurs… Avec le sold-out du Hellfest 2014, je n’arrivais pas à isoler les gens, puis la semaine d’après, il y avait des milliers de photos sur internet. »

Quand Will a commencé, le Hellfest n’était pas encore un élément bien connu. Aujourd’hui, le festival est bien connu de tous, le plaisir n’y étant plus et étant un passionné, Will a préféré arrêter la.

« Je ne savais pas trop où aller alors et le déclic s’est fait au Motocultor, sur mon stand, quand David, alias Captain Albacore, est venu me voir pour des affiches de match de roller derby pour l’équipe de Lorient, les Morues. »

Censuré à cause d’une affiche trop trash (d’après les joueuses, le comble pour un sport qui peut se montrer violent), il se rapproche de l’équipe d’Orléans, les Simones, et vient au match de celles-ci. Au final il installe un stand o* une partie des bénéfices revient à l’équipe (les équipes de roller derby ayant peu de finances, elles se concentrent principalement sur le merchandising pour les déplacements).

« J’ai commencé à faire des dessins sur les Simones, = venir tous les quinze jours à leur entrainement, puis j’ai assisté à un premier match et là, gros coup de cœur ! J’étais comme au Hellfest, en pleine immersion et ça, j’adore ! »

couv-ulule-roller-derby.jpg

Voilà comment est né le dernier venu Pure Fucking Roller Derby : tatouage, piercing, tenue à la « robocop » mais toutes avec une identité propre, sur quoi Will à travaillé ses derniers mois. Projet financé avec succès sur la plate-forme Ulule et qui paraitra dans les prochains mois !

Partenaire du Stoned Pebble Night, je lui ai demandé en quoi cela consistait, réponse :

« J’ai commencé avec un T-shirt pour Sons of Apache, puis Vincent est venu vers moi pour une affiche et un logo, au final c’est celui de la mustang dans le désert, qu’il réutilise autant qu’il veut, il y a juste la couleur à changer, ainsi que les groupes et la date. J’ai fais des badges, des t-shirt, des sérigraphies… Du coup, je viens poser mon stand au Stoned Pebble Night. J’apprécie énormément Vincent, c’est quelqu’un qui respecte les artistes et puis, je commence à bien connaitre les membres de l’association. »

Gros mordu de métal, il n’a découvert le stoner que récemment, mais sa playlist va de Sepultura, Faith No More, Rage Against The Machine… La quarantaine passé, Will a sa période stoner en ce moment. Il est venu ce soir-là avec des oreilles neuves pour découvrir de nouveaux groupes, « ça sert à ça aussi d’être partenaire » explique-t-il.

Will part sur d’autres projets pour les prochains mois. Vous pourrez retrouver Will Argunas sur son site, son blog et son Facebook, n’hésitez pas à vous procurez ses Pure Fucking People » et son tout dernier Pure Fucking Roller Derby !

Des liens, plein de liens !